Hal Holbrook - Le Cinéma de Porky
logo

| ACCUEIL | FILMS | SORTIES | BOX OFFICE | TRAILERS | STATS | FORUM |

3 mots clés maxi





Cinéma de Porky



Interprétation :
Elmer
Chris
Nanette
Anita
Porky
Joh
Hal Holbrook
| INFOS | AVIS | MEDIA | RECOMPENSES | ACHAT | DIVERS | STATS |

LE DERNIER AVIS

Majestic (The)
Peter Appleton, scénariste à Hollywood, est accusé d’être communiste ! Et en 1951, ce genre de chose est plutôt mal vue chez les ‘ricains. Résultat, le loustic se retrouve sur la liste noire (une sorte de répertoire des numéros de téléphone à ne surtout pas appeler ! On a l’esprit pratique à Hollywood …). Le p’tit gars se beurre donc la gueule pour oublier, et c’est exactement ce qui lui arrive ! Un accident de voiture et 2 tonneaux plus tard, le voilà amnésique et pris pour un héros de guerre par les habitants d’une petite ville.
On a dit de l’échec commercial du 3ème film de Frank Darabont (les Evadés ) qu’il était dût au virage sérieux de Jim Carrey (le «dumber » de Dumb et Dumber ). Comme si le public était trop con que pour reconnaître une bonne performance d’acteur quand il tombe dessus (ce qui est clairement le cas ici !) ( comme souvent avec Carrey !) (Ca va toujours ?) (Vous arrivez à me suivre avec toutes ces parenthèses ?) ( Moi, j’ai perdu le fil !)
Il y a des films comme ça qui demande plus d’efforts pour être appréciés. Et The Majestic en fait partie. C’est que, après une exposition honnête, le réalisateur fait l’erreur de plonger son héros et ses protagonistes dans une intrigue sans enjeu pour le spectateur (les personnages tentent de résoudre un mystère dont le public à la solution depuis le début ! ? ? ? Quelqu’un dans l’équipe créatrice n’a pas dut être très attentif pendant ses cours de scénario…) ! Et il faut près d’un tiers du film pour rectifier le tir et relancer l’intérêt du public par une remise en cause de ce qu’il sait… Autant dire que beaucoup sont déjà sorti de la salle, ou endormi, ou parti faire la vaisselle (ou des câlins sous la couette s’ils regardaient le film un samedi soir !)
Pourtant, ceux qui auront bien voulu s’accrocher, se contentant d’une jolie image par-ci, par-là pendant 40 minutes, sont finalement récompensé par une conclusion aux allures de classique instantané. Une réécriture de l’histoire américaine comme seul Hollywood peut nous en donner, effaçant les heures noires de l’Histoire aux profits du rêve et de l’idéal ! Un procédé qui n’est certes pas dénué d’ambiguïté morale mais qui est toujours aussi fascinant pour le spectateur-enfant que nous sommes tous. Alors : Enjoy ! (ou pas…) C’est à vous de voir…

par Chris



LES AUTRES AVIS

Aucun avis
haut

 

© 2003 - 2020 Le cinéma de Porky

Les résumés, vidéos, photos et affiches sont la propriété de leurs ayants-droits respectifs.